L'AFFAIRE COLLECTIVE

L'AFFAIRE COLLECTIVE
Synopsis :

En 2015, un incendie au club Colectiv de Bucarest a fait 27 morts et 180 blessés. Bientôt, de nouvelles victimes de brûlures meurent dans les hôpitaux des suites de blessures qui n’auraient pas dû mettre leur vie en danger. Le témoignage d’un médecin alerte une équipe de journalistes d’investigation. D’une révélation à l’autre, les journalistes commencent à découvrir la corruption massive du système de santé publique. Un nouveau ministre de la santé est nommé, qui tentera de réformer le système, mais malgré tous ses efforts il se heurtera à des obstacles insurmontables. L’Affaire Collective se lance sur les traces des journalistes, des lanceurs d’alerte, des victimes et des responsables politiques pour offrir un regard sans concession sur l’influence positive que peut apporter le meilleur du journalisme d’investigation.

Gros plan sur L'AFFAIRE COLLECTIVE:

«Nous ne sommes plus humains. Tout ce qui nous intéresse, c’est l’argent.» Cette remarque cinglante, que l’on entend dans le documentaire L'AFFAIRE COLLECTIVE d’Alexander Nanau, n’est pas une simple formule vide de sens, et encore moins l’expression d’une sorte d’idéalisme. En effet, le film – qui a été dévoilé hors compétition à Venise, projeté à Toronto et récompensé à Zurich l’année dernière, qui a depuis été programmé dans de très nombreux festivals et nominé par l’EFA et qui vient d’être sélectionné pour représenter la Roumanie aux Oscars dans la catégorie «meilleur film international» – retrace minutieusement une enquête qui met au jour un système de soins de santé roumain corrompu jusqu’à la moelle.  À cause de la corruption qui se répand à tous les niveaux, des citoyens, convaincus naïvement que leurs hôpitaux seront en mesure de les traiter correctement, meurent dans des circonstances absurdes, au vu et au su des autorités.

Une analyse extrêmement instructive, que le réalisateur allemand (né en Roumanie et dont le film précédent, Toto et ses soeurs, avait reçu un accueil enthousiaste) met en scène avec un talent exceptionnel et une approche du cinéma différente de celle des documentaires d’investigation traditionnels. Nanau allie avec art le suspense (digne d’un thriller), lié aux découvertes successives des journalistes et aux tentatives du nouveau ministre de réparer le système, et les séquences consacrées aux victimes, dénuées de pathos et présentées avec le plus grand respect.

L’histoire commence avec un événement dramatique et fortement médiatisé. Le 30 octobre 2015, un incendie se déclare au Colectiv Club, une boîte de nuit de Bucarest sans aucune issue de secours : 27 jeunes meurent et 180 sont blessés (près de 90 d’entre eux souffrent de blessures graves). Le gouvernement roumain promet qu’ils seront soignés «comme ils le seraient en Allemagne». Mais 37 des patients gravement brûlés mourront dans les semaines qui suivent parce que, comme des sources le racontent aux journalistes Catalin Tolontan, Mirela Neag et Răzvan Lutac, qui décident d’enquêter sur l’affaire, «ils ont été soignés dans un environnement non désinfecté et exposés à l’une des bactéries d’hôpital les plus résistantes d’Europe (pseudomonas aeruginosa)». À la suite de cette découverte, le trio de la Gazette des Sports apprend que les produits désinfectants livrés à 350 hôpitaux (2000 salles d’opération) par le fabricant Hexi Pharma sont dilués jusqu’à dix fois par rapport à la concentration normale. Une pratique qui dissimule une corruption à plusieurs niveaux, des mécanismes d’évasion fiscale, ainsi que la protection secrète de l’État, lequel était depuis longtemps au courant de cette procédure. En dépit de la propagande, le scandale fait tomber le ministre de la santé, qui est remplacé par Vlad Voiculescu, ancien militant pour les droits des patients qui veut réformer le processus de recrutement des directeurs d’hôpital et qui rencontrera de nombreux obstacles. Parallèlement, d’autres révélations font surface grâce aux courageux témoignages que l’équipe de la Gazette des Sports porte à la connaissance du public, sous le regard des victimes gravement brûlées telles que Tedy Ursuleanu, qui tentent de se reconstruire et de reprendre le cours de leur vie.

Services secrets, accidents de voiture suspects, arrestations, manifestations, réunions stratégiques de l’équipe éditoriale ou du cabinet du ministre, photos volées des suspects, négociations avec des sources potentielles, débats explosifs sur des plateaux télévisés, contre-attaques des pouvoirs en place : L'AFFAIRE COLLECTIVE est un documentaire à la fois palpitant et terrifiant, tourné et monté de main de maître, qui démontre avec une honnêteté brutale que mettre un terme au népotisme, à la politisation et aux conflits d’intérêts est un processus difficile, long et parfois frustrant, qui repose sur les épaules de quelques personnes combatives et lucides œuvrant pour le bien commun.

Coproduit par la société roumaine Alexander Nanau Production, la société luxembourgeoise Samsa Film et HBO Europe, L'AFFAIRE COLLECTIVE est distribué dans le monde par la société israélienne Cinephil.

Fabien Lemercier